Documents audiovisuels et multumédia Imprimer Envoyer

Vous pouvez trouver d'autres documents d'archives sur ina.fr

Films, documents tv, vidéo - Enregistrements - Livres lus - Radio

Films, documents tv, vidéo

  • Marc Allégret, Avec André Gide, Panthéon-Productions, 1951, 95 min, rééd. Arte Vidéo, 1996.
  • Roger Stéphane et Roland Darbois, Portrait-souvenir d'André Gide, documentaire, Télévision française, 1965.
  • Jean-Denis Bredin et Jean-Pierre Prévost, André Gide, France 3, série « Un siècle d'écrivains », dirigée par Bernard Rapp, 1996, 50 min.
  • Peter Jan Smit, L’Ami hollandais, Jef Last et André Gide, Film néerlando-belge, 2005, 75 mn.
  • Jean-Pierre Prévost, avec Catherine Gide, André Gide, Un petit air de famille, film documentaire réalisé par Jean-Pierre Prévost, avec Catherine Gide, sur une idée de Peter Schnyder, entretien avec Jean-Claude Périer, 2006.
  • Les Faux monnayeurs à l'écran, adapté par Benoît Jacquot, 2009.

Enregistrements

  • Entretiens avec Jean Amrouche (1949), rééd. 4 CD, I na -Radio France, Harmonia Mundi, 1996-1997.

Livres lus (texte intégral)

  • L'Immoraliste, Livraphone, Vox libri, 1990.
  • La Symphonie pastorale, lue par Catherine Ribeiro, présentée par Martine Sagaert, Auvidis Textes, 1991, rééd. 1995, 3 CD. [Rééd. Edition Naïve, coll. « Les Incontournables », 2007.]
  • La Symphonie pastorale, lue par Jean Topart, enregistrée en 1956, Vincennes, Frémeaux & associés, distrib. Night & day, 2005, 2 CD.

Radio

  • Mardi 13 juillet 2010 et 20 juillet 2010, de 15 à 16 h, sur France-culture, Le Mardi des auteurs consacré à André Gide.
  • France Culture : « Pour la littérature », août 2008, cycle sur La N.R.F.
    « Comment la grande aventure de La N.R.F. a-t-elle débuté ? Quelques hommes, qui plaçaient la littérature au-dessus de tout, se rassemblent autour de Gide et fondent ensemble une revue. Une naissance difficile, puisqu’il y eut deux « premiers numéros » : l’un le 15 novembre 1908, puis, après la brouille du premier groupe fondateur, un nouveau « premier numéro » en 1909. »
  • France Musique : « Les Greniers de la mémoire » - Dimanche 10 avril 2008.
    « Ou Gide (1869-1951) et ses états d’âme pianistiques, en son Journal, à la date du 23 janvier 1917. Un journal où l’on croise – moins que dans ses Cahiers du reste - Bach, Beethoven, Berlioz, Chopin, Franck, Glück, Haendel, Honegger, Liszt, Satie, Strauss, parce qu’il les aime, les pratique quotidiennement ; ou encore Wagner, mais parce qu’il le déteste… Un Gide s’évertuant à l’art de la pratique musicale et à l’art de la discussion sur la musique, narrant, ici et là, ses rencontres, ses collaborations avec les musiciens, les chefs, les compositeurs. Et ainsi, derrière le Gide des mots, celui, moins connu du grand public, de la note, mélomane exigeant et absolu. « J’ai passé plus d’heures avec Chopin qu’avec aucun auteur » disait-il - sans qu’on sache au vrai la part de la boutade et celle de la vérité comptable, mais derrière quoi, assurément, on saisit toute la passion musicale de l’écrivain et, formellement, l’affection qui le lie à Chopin (voir ses Notes sur Chopin). Une passion qui prit parfois les chemins de la collaboration, comme avec Stravinsky pour la cantate Perséphone.
    C’est ce Gide musical que les Greniers de la mémoire font revivre le temps d’une émission, car derrière l’homme de lettres qui eut une influence capitale sur une partie du 20e siècle par le seul pouvoir de l’écriture, se cache un musicien, un vrai ! »